/>
1 2 3 4 5 6

Elantris - Brandon Sanderson

Me revoilà pour une chronique, cela fait un bon moment que je n'ai plus eu le temps de partager avec vous mes lectures et impressions. J'espère en avoir plus régulièrement l'occasion. Reçu pour mon anniversaire de la part de Malorie, Elantris trônait dans ma bibliothèque depuis novembre dernier. Un tout grand merci encore pour ce cadeau :)

L'auteur :
Brandon Sanderson est un auteur d'origine américaine. La fantasy est son genre littéraire de prédilection. Connu pour sa saga Fils-des-Brumes, Elantris est son premier roman. Publié à l'origine en deux tomes chez Bragelonne, c'est en un seul volume que vous pourrez vous le procurer au format poche.



Résumé :
Il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kae est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris…

Fantasy / 797 pages / éditions Robert Le Livre de Poche - Orbit


Mon avis :
Replonger dans la fantasy après une si longue période, me confirme à nouveau que c'est le genre qui me permet de m'évader le plus. Ce diptyque prend la forme d'un one shot lors de sa seconde publication et je suis contente d'avoir pu le découvrir d'une seule traite.

Sur les terres de l'Arélon, 10 ans ont suffi pour transformer une bénédiction, en la plus honteuse des malédictions. Le Shaod (le changement) frappe au hasard, sans distinction de statu social, d'âge ou de sexe. Ce qui transformait jadis un être humain en une sorte de demi-dieu et lui ouvrait les portes d'Elantris, une cité faste qui faisait la fierté du royaume, le condamne maintenant à une vie de paria, pas tout à fait mort, ni tout à fait vivant. Elantris est devenue le symbole abject de la chute et détient entre ses murs : la faim, la misère et la damnation. C'est à Kaë, nouvelle capitale du royaume jouxtant Elantris, que débarque Sarène. Princesse, elle a traversé la mer dans le but d'épouser l'hériter d'Arélon, Raoden. Mais à son arrivée, la disparition soudaine de son époux la condamne à vivre dans cette cour dont elle ignore tout. 

Ce premier roman de l'auteur mêle déjà ses thèmes de prédilection : la magie, la religion et la politique. Si la magie est ce qui m'a fait aimer et découvrir le genre, c'est de plus en plus les jeux politiques qui me passionnent. Elantris nous propose un bel équilibre entre les deux, même s'il est forcément moins abouti que dans Fils-des-Brumes.

Le Reod est l'événement qui a fait basculer Elantris. On ne connait pas son origine et la magie des élantriens a disparu en même temps. Ce système de magie basé sur le dessin de symboles (les Aons) appartient maintenant au domaine du mythe. Les Séons, sorte d'êtres lumineux doués de paroles, sont les derniers échos de cette période. J'ai une nouvelle fois trouvé la vision de l'auteur à ce propos, très originale. Le lexique d'Aons que l'on trouve à la fin de l'ouvrage permet une plus grande immersion. 

Les personnages principaux se rendent très attachants au fil des pages. Sarène est une femme forte, intelligente, qui déstabilise plus d'un homme avec son caractère. Elle n'a pas peur de se mesurer à ceux qui détiennent le pouvoir. Cela fait du bien de découvrir de plus en plus de personnages féminins de sa trempe dans la fantasy. De l'autre côté du mur, Esprit et Galladon, deux compagnons inséparables, m'ont également beaucoup plu. L'un avec son cœur sur la main et l'autre avec son caractère bourru. 

Malgré le contexte, le ton de l'histoire est parfois léger, ce qui rend ce diptyque accessible aussi à des lecteurs un peu plus jeunes (14/15 ans), habitués au genre.

Durant ces presque 700 pages, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Les révélations et imprévus s'enchaînent. Les chapitres alternent trois points de vue différents, ce qui rend le livre difficilement refermable. Seul bémol dans l'histoire, la facilité dont se démêlent certaines situations. Je pense par exemple à l'apprentissage de la magie et à la vitesse à laquelle les personnages accordent leur confiance et se dévouent à Sarène ou à Esprit. Et le dénouement final est un peu trop rapide à mon goût.

Pour conclure :
Elantris est un bon roman de fantasy dans l'ensemble. Les "défauts" du premier livre de l'auteur s'effacent presque devant l'univers original et les héros attachants (défauts-totalement-corrigés-promis-juré, dans Fils-des-Brumes). Difficile de refermer le livre à la fin d'un chapitre (n'essayez même pas au milieu), une brique qui s'avale toute seule. Bref vous l'aurez compris, c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu les premiers pas de cet auteur, que je n'ai pas fini d'aimer. 

Ma note : 17 / 20

1 commentaires:

Manon S.R a dit…

Il me semble ... Mystérieux.
Et le mystère m'attire. Alors je prend note de ce livre :D

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...